**Le lettres du Manina 2013**

Novembre 2013

 

**Le lettere di Manina 2004-2012**

".se hai un solo dente sorridi con quello."(proverbio malgascio )


Nosy Be, Août- Novembre 2016

 

Chers amis, veuillez bien me pardonner de vous avoir fait attendre cette lettre si longtemps.

Je vais vous résumer schématiquement le travail de ces mois ; mois pendant lesquels ne je n’ai pas trouvé le temps de vous écrire parce que j’ai été trop occupée à «faire».

 

Pour l'école qui a commencé le 3 Octobre de nombreuses salles de classe ont dû être réparées, d'autres ont dû être construites ainsi que de nouveaux bureaux pour les étudiants et les professeurs et de nouvelles chaises ... comme d'habitude !!!

 

Constructions :

5 nouvelles salles de classe à Antanabao Fascenne

2 nouvelles salles de classe à Dzamanzara

la troisième classe de l’école secondaire à Ampassindava

une Salle de Maternité au dispensaire publique de Hell Ville.

 

Constructions et réparations :

salles de classe à Antafianabitry et à Ambondrona

 

Réparations :

Dispensaire de Antanamitarana

Ferme de Djabala Honko et élevage de Beronono.

20 cases à Mahabo.

 

Pour la prison nous avons acheté une imprimante, un grand bureau, des chaises et aussi une chaîne stéréo avec haut-parleurs.

 

Au tourisme solidaire "La Merveille"

Nous avons construit un nouveau bâtiment de stockage ainsi que

quatre nouveaux bungalows, meublés et décorés.

Une année qui se termine en beauté !

 

 Éducation :

De nombreux professeurs ont encore été recrutés par l'État et de plus l'État nous a récompensé avec la construction, qui sera achevé ce mois de Décembre, de 7 nouvelles salles de classe à Ampassindava, là où nous avons 1400 étudiants.

Au Lycée Technique Professionnel, pour électriciens, mécaniciens et électriciens nous sommes en train de terminer l’équipement de la cuisine et de la salle de la deuxième année du Cours de Tourisme.

 

Santé :

Nos trois dispensaires (Ampassindava, Antanamitarana et Andranobe) se montrent de plus en plus utiles à la population. Je vous rappelle qu'ils sont ouverts à tous et qu’il y a toujours un infirmier sur place, jour et nuit (chaque dispensaire est doté d’une maison pour l'infirmier). Dans nos dispensaires tout le monde peut être soigné gratuitement, être visité et recevoir les médicaments à l’instant, même les piqures et les perfusions sont gratuites. Seulement pour les accouchements il faut payer 10.000 Ariari, le correspondent de 3 Euros. Un vrai grand aide pour tout le monde.

 

Prison :

Cette année, il y a eu de grandes nouvelles !

Au cours d'alphabétisation ont été ajoutés trois cours de français à trois niveaux différents.

Deux «éducateurs», une fille et un garçon, sont arrivés à la prison pour s’occuper du social. Ça me parait un rêve ! Avec ces nouveaux geôliers nous avons organisé des tournois de football pour les détenus et maintenant pour Noël, même si je ne serai pas là, un concours de poésie avec des prix, un concours de danse et encore un tournoi de football. Ensemble, nous avons distribué t-shirts et pantalons aux détenus, nous avons acheté une chaîne stéréo et des haut-parleurs qui ont été installés dans la cour pour créer une ambiance un peu plus agréable, surtout pour les mineurs.

Et à propos des mineurs, il y a une autre grande nouveauté : l'autre jour en occasion de sa visite à Nosy Be, l'inspecteur régional des prisons est venu me voir ainsi j’ai pu je lui dire qu'il serait nécessaire de créer un centre pour les mineurs et que j’avais déjà pensé où il serait possible de le réaliser. Nous avons alors été ensemble voir un leur ancien bâtiment avec annexe un grand espace vert en plein air, qui a été abandonné depuis très très longtemps et que j’avais remarqué dès la première fois que j’étais venue ici ! L’inspecteur a apprécié mon idée ainsi que le le choix du lieu et du bâtiment, qui déjà appartient à la prison. Nous avons déjeuné ensemble avant qu’i ne reparte à Diego Suarez. Maintenant, je l'ai déjà reçu une lettre avec le tampon du Ministère de la Justice, dans laquelle l'inspecteur, en me remerciant pour tout ce que je fais pour la prison ..., me donne l’autorisation à remettre en état la vieille maison pour créer le Centre pour les mineurs !

Je vais commencer les travaux des mon retour au mois de mars, en espérant que ma tournée en Italie sera profitable !

 

Tourisme solidaire à la Merveille :

Les nouveaux bungalows sont très beaux et ont été bien appréciés par nos touristes !

Cette année a été vraiment une très bonne année pour le tourisme à la Merveille : de nombreux amis qui étaient déjà venus sont retournés et il a été très agréable de passer de soirées ensemble, tout à fait comme avec de vieux amis. De plus, les familles avec enfants ... si vous allez lire les commentaires de cette année sur Trip Advisor vous verrez que presque tout le monde dit : « Nous nous sommes sentis à l’aise comme à la maison."

Grande nouveauté : nous avons eu des clients de Tana, la capitale, donc des Malgaches ! et ces derniers jours toute la structure du tourisme solidaire à été occupé par des Français !!

C’est un vraie Merveille !

 

Aujourd'hui il y a eu le déjeuner d'adieu, mieux d’au revoir, de Veloma (en malgache), que j'organise chaque année. Tous mes collaborateurs y étaient, le anciens (malheureusement pas tous car trois sont morts cette année), Brigitte et Julien sur leurs fauteuils roulants, tout le personnel de la Merveille avec leurs enfants, Augustin (le garçon qui fait les bracelets) avec ses deux enfants, les deux gardiens de prison qui s’occupent du social, et quelques clients du Tourisme Solidaire.

Et il ne pouvait pas manquer l’habituel groupe musical qui a chanté et dansé.

Bref : une très belle journée, même si tout le monde, à la fin, n’arrivait pas à cacher un peu de tristesse pour mon départ !

Mais, comme je leur ai dit, tout va continuer comme d'habitude, même si je ne suis pas là.

Tout en riant je leur ai aussi dit : "c’est normal que je vais vous manquer, mon nom est Manina, nom qui en malgache signifie « nostalgie d'une personne qui est au loin » et alors leur aussi m’ont regardé avec un sourire. Puis, comme à chaque fois, je l'ai expliqué que si je dois continuer à soutenir tout ce qu'il y a, à partir de l'aide qu'ils reçoivent je suis obligée de partir non pour de "bonnes vacances en Italie », comme les musiciens chantent, mais pour « travailler » pour eux !

Mais je dois avouer que c’est un vrai plaisir de travailler de cette façon !

Je peux m’estimer toujours heureuse si j’arrive à aider un si grand nombre de personnes (avec votre aide, bien sûr, et je vous remercie beaucoup).

Avec cette pensée, chers Amis, je vous quitte et je vous embrasse!

A bientôt ! Manina


Nosy Be, juin - juillet 2016

Chers amis,

le problème de la cantine dont je vous avais parlé dans la dernière lettre, a été résolu presque immédiatement.

J’ai simplement fait ajouter une trentaine d’enfants à la liste de ceux qui sont admis à la cantine de l'école. En effet, c’était la cuisinière qui, de sa propre initiative, avait décidé d’accepter uniquement les enfants qui habitent le plus loin. Ça avait été une maîtresse à m’indiquer une petite fille qui, même en appartenant à une famille très pauvre, n’avait pas été acceptée à la cantine car elle vivait près de l’école. Heureusement, maintenant l'école est presque terminée et pour l'année prochaine, je peux vous assurer, tout sera mieux organisé. Dans le même après-midi, j’ai fait rassembler tous les enfants de ces classes et, un par un, avec les enseignants je leur ai donné un nouveau t-shirt. (Vous pouvez le voir sur les photos du site). . 

 PRISON

Dans ma précédente lettre, je ne vous avais pas parlé de ma rencontre avec les détenus. Revenue d’Italie, lorsque j’avais été à la prison pour les saluer, ils n’étaient pas la mais j’ai trouvé seulement une table avec trois chaises et le directeur qui m’invitait à m’asseoir en attendant l’arrivée de "leur surprise". Après quelques minutes les détenus de la chambre numéro cinq sont arrivés en dansant, certains habillés en femmes, et en jouant de la musique à l’aide de boîtes de conserve et de bouteilles en plastique remplies de petits cailloux. Ensuite, ils se sont arrêtés face à moi et un détenu m’a lu une poésie écrite pour me remercier d’être arrivée à Nosy Be et de les avoir aidés à avoir une vie meilleure. La poésie disait aussi que, pendant les mois de mon absence, mes collaborateurs avaient continué à les aider et qu’ils avaient toujours reçu du riz, de la viande, du poisson etc.. Ensuite ils ont continué à danser et une fois terminé leur exhibition ça à été le tour des détenus d’une autre cellule ; eux aussi avaient préparé un petit spectacle de musique et de danse pour moi. Parmi eux même un très jeune garçon, il s’est approché à moi pour me lire sa poésie. Une très belle chose. Et ainsi de suite pour les autres trois cellules. À la fin ils m'ont offert leur cadeau : un très beau paréo plein de couleurs. Dans ces occasions je regrette toujours d'être seule et ne pas pouvoir partager toute mes émotions avec les autres, si non par ma lettre. Récemment, j’ai organisé un cours de français tenu par un des détenus qui parle très bien cette langue. Nous avons identifié trois types de cours : un pour ceux qui ne connaissent pas du tout le Français, l'autre pour ceux qui le connaissent un petit peu, et le dernier pour ceux qui le maîtrisent bien. À chaque cours participent une bonne trentaine de détenus.

De même, pour les autres le cours d'alphabétisation, qui à été renouvelé, continue.

 

Éducation

Le 26 Juin, comme d’habitude il y a eu le défilé de nos enfants le long des routes de la ville de Hell-Ville. Cette année ils étaient 500 ; pour cette fête nationale d'indépendance les enseignants leur avaient préparé un uniforme très élégante. Dans l'après-midi, invitée par le Préfet, je suis allée au cocktail dans la Résidence de la Préfecture. J’ai ainsi fait connaissance du nouveau Préfet qui m’a félicité pour nos enfants qu’il avait vu défiler en ville le matin. De plus il se souvenait de notre école qui existait il y a déjà longtemps, quand il vivait encore à Nosy Be, avant d’être transféré. Maintenant, il est revenu.

Cette année, l'école est terminée le 8 Juillet. Le directeur et les enseignants de Ampassindava ont organisé une grande fête. Avec moi ils y avaient aussi des touristes qui étaient la «Merveille», notre tourisme solidaire. Ils ont fait beaucoup de photos aux centaines d'enfants qui avaient préparé de belles danses. Ils ont fait aussi un magnifique vidéo aux enseignants qui, dans leurs belles uniforme blanches et rouges, dansaient au rythme de la musique. Après les danses tous les enfants, accompagnés par leurs parents, sont rentrés dans les classes pour recevoir leur bulletin ; je vous rappelle que dans ce village les écoliers sont 1400.

Avec moi les touristes ont distribué bonbons et jouets.

Après l'examen de la cinquième année, nous avons organisé une fête au tourisme solidaire avec distribution de cahiers, stylos, feutres et règles. Ensuite grâce à une petite loterie on a tiré au sort : t-shirts, robes et pantalons. 

Maintenant, nous devons construire encore deux nouvelles classes : l'une pour la troisième année du lycée humaniste, et l'autre pour la troisième année du scientifique. Ainsi nous aurons terminé même le cycle du Lycée !

 

Tourisme Solidaire :

Nouveautés aussi au tourisme solidaire : tous les coussins sont maintenant orange et cette touche de couleur a donné une grande vitalité à structure.

Nous sommes en train de construire deux nouveaux bungalows, chacun avec deux chambres, l'une avec un lit double et deux lits superposés et l'autre avec un seul lit double. Sur les murs ont été peintes des figures colorées et sur le mur principal il y a enfin écrit "La Merveille".  . Sur Tripadvisor nous avons gagné la deuxième place parmi les neuf B&B du coin. C’est depuis le mois d’Avril que nous sommes toujours plein de touristes. Certains sont retournés, et cette fois ci avec des amis.

Je vous rappelle que cela est une grande aide pour nous, parce que l’argent qu’on gagne est directement utilisé pour toutes les activités de l'association.

 

Santé

Même cette année, au mois de Juillet, nous avons commencé les circoncisions au dispensaire de Ampassindava. Nous avons acheté de la Licodaine pour l'anesthésie et de nombreuses fils de sutures (qui coutent très, très cher) ; jusqu'à présent nous avons fait 350 circoncisions. Nous faisons payer 3.000 Ar, c’est à dire moins que 1 €, tandis que à l’hôpital la ville ou en privé la circoncision coute plus de 50.000 Ar. Je vous rappelle que, par tradition, tous les Malgaches sont circoncis.

Au dispensaire publique de Hell-Ville nous avons complété la réalisation de la salle de Maternité.

L'année dernière, juste avant mon départ pour l'Italie, l'inspecteur médical m’avait demandé de l’aide pour la construction de cette salle de Maternité. Donc, dès mon retour, nous avons commencé la construction, terminée déjà depuis un mois. Par « hasard », le Ministre de la Santé, arrivé à Nosy Be pour inaugurer une nouvelle clôture de l’hôpital public de la ville, pendant le cocktail de la fête d’inauguration, a entendu parler l'inspecteur médical de la salle de maternité qui venait d’être terminée ; immédiatement il à voulu aller la voir avec lui et avec toutes les autres autorités ! Comme j’étais parmi les invités, je suis allée avec eux au dispensaire de la ville pour voir la nouvelle salle. Le Ministre m'a remercié pour ce « don » et « publiquement » a dit, « Si une femme a pu réaliser cette salle, alors moi, tant que Ministre de la Santé, je me retiens obligé à la compléter avec tous les aménagements ! ". Très heureuse j’ai applaudi en première, suivie par les autres !  Quelle belle "providence" cet évènement ! Je vous avoue que j'étais déjà inquiète au sujet de la décoration et surtout de l’ameublement !!!! Très bien, alors !!

 Cette lettre commence à être assez longue, d’ailleurs dans la dernière lettre je ne vous avais pas parlé de ce qu’on avait réussi à réaliser dès mon retour car j’avais plutôt parlé de mon état d’âme.

Je vous embrasse très fort. Manina


Nosy Be, mai 2016

 

Depuis un mois, je suis rentrée à Nosy Be!

Mon arrivée, comme d'habitude, a été très émotionnante.

Les enfants du village de Ampombilava, habillés avec leurs tabliers rouges, et leurs professeurs m'attendaient le long de la route.

Avec moi il y avait six touristes qui venaient au tourisme solidaire, ils ont pris en photo cette scène si touchante. 05 - Maggio

L'air de Nosy Be est toujours doux, même si au mois d’avril la chaleur est encore assez forte!

Arrivée au tourisme solidaire, j’ai été contente de voir que les bungalows avaient été bien entretenus et que mes collaborateurs, Ismaël, Boy et Belaza avaient vraiment bien travaillé pendant les quatre mois de mon absence.

À l’instant je me suis sentie à la maison, le jardin était en fleur et bien en ordre. J'ai donc félicité notre jardinier Merci.

Ça fait désormais 18 ans que je vis ici, mais il me semble toujours d’être arrivée à Nosy Be il n’y pas très long temps; je fais alors des calculs et je me rends compte que ce sont bien 18 ans.

Quelques jours après mon arrivée, je suis allés avec les touristes à l’école du village de Ampassindava pour saluer les enfants. Comme d'habitude, j’ai rendu visite d’abord à ceux de la maternelle. Le petit Aurelio, dès qu’il m’a vu sur la porte de sa classe est venu vers moi et m'a embrassé. Je l'ai pris dans mes bras et il m’a serré très fort à lui. Les touristes ont été impressionnés par son enthousiasme et l’ont pris en photo. Je ne m'attendais pas un tel élan et sincèrement ça a été émouvant de le voir si heureux en me revoyant. Je pense toujours : «peut être qu’ils ne vont plus me reconnaître après quatre mois, … ils sont si petits!".

Le dimanche, comme d'habitude, les enfants, sans avoir été appelés, sont venus jouer à la maison et tout de suite ils se sont bien organisé tous seuls ... )

 

Ce mois ci, chers amis, nous avons déjà fait beaucoup de choses et nous avons déjà pensé à en faire encore beaucoup d’autres; j'étais prête à vous en parler, mais pendant que j'écrivais, j’ai ressenti la nécessité de vous parler d'autre.

J'écris toujours mes lettres en vous montrant ma joie pour tout ce que j’arrive à faire. Il est difficile pour moi de montrer, même en photo des images tristes comme .... un vieil homme malade, un enfant souffrant de malnutrition ou une vielle femme émacié et ridé qui sourit édentée. Pourtant, il y a encore beaucoup des gens comme ça ; toutefois, comme je pense que nous tous connaissons la pauvreté de cette population, je n’ai jamais retenu nécessaire d'en parler ou de le montrer. Mais aujourd'hui c’est un jour spécial! Aujourd'hui, avec une fille qui m’avait écrit d'Italie e qui voulait visiter une de nos écoles, je suis allée dans celle du village de Ampassindava. Nous avons visité d’abord les maternelles et ensuite les primaires. Je me suis arrêtée dans une de ces classes : comme d'habitude les enfants étaient assis à leurs bureaux, dans un ordre parfait, la récréation venait de terminer. En arrivant je l'avais remarqué, sur le porche, devant leur porte, une grande assiette pleine de spaghettis brisés et de beignets, normalement préparés à la maison par les l'enseignants pour les vendre à l'école. Si l’assiette était encore pleine c’est parce que les enfants n’avaient pas assez d’argent pour acheter quelque chose, bien que pas chers du tout. J’ai alors pensé de tout acheter pour la classe, ainsi la maitresse a distribué les pâtes et les beignets aux enfants : elle les a invités à se mettre près de la porte, bien alignés, et elle a donné un beignet et une cuillerée de spaghettis à chaque enfant en utilisant des morceaux de papier comme assiettes. Avec ce petit morceau de papier dans le mains les enfants, très heureux , sont retournés à leur places et satisfaits ont commencé à goûter leurs spaghettis. Je n’avais jamais assisté à une scène pareille. La jeune fille qui était avec moi et qui prenait des photos était émue. Quant à moi, j’était bien triste de voir cette image de « vraie pauvreté » et je pensais : « tu penses de faire beaucoup pour eux, mais regarde comment ils sont toujours pauvres! ». C’est la vérité et c’est bien triste.

Après avoir vécu cette expérience je crois qu’il va falloir augmenter le nombre d'enfants qui restent à la cantine de l'école. En effet, je dois m’informer sur combien d'enfants mangent maintenant à l'école. En général, nous acceptons tous ceux qui le demandent, mais peut-être qu’une fois atteint le nombre de 200, le directeur ait dit stop. Dans les deux autres écoles, celle de Ambondrona et celle de Ampobilava le nombre est toujours 200. Je vous tiendrai au courent!

 

Une autre chose que je l'ai vu, toujours dans cette classe, c’est que beaucoup d’enfants avaient des t-shirts pleins de trous. Cela ce n’est est pas nouveau pour moi, mais je n’en avais jamais vus de si déchirés. Normalement les enfants portent leurs tabliers rouges et je ne vois pas ce qui est en dessous. Comme dans chaque classe il y a près de 60 enfants et je ne peux pas emmener un tel nombre de t-shirts dans chaque salle de classe, j’ai pensé de faire ce que je faisais une fois : les enseignants devront sélectionner les enfants qui leur semblent les plus pauvres et les envoyer chez moi dans l'après-midi, après l'école, de sorte que je puisse leur donner t-shirts et chemises sans qu’ils soient gênés face aux autres. Il faut savoir que normalement pour aller à l’école les enfants sont habillés avec leurs meilleurs vêtements, donc s’il ont de tels t-shirts cela signifie qu’ils n’ont rien d’autre!!

Vous pouvez donc penser : «Mais comment? Après tant d'années tu t’étonnes encore et tu t’attristes en voyant ce la? "

Et bien oui, quand on voit leurs sourires on oublie leur pauvreté et on les voit seulement heureux ... mais la pauvreté reste, et cela il ne faut pas l’oublier !!

Je suis désolé pour cette explosion et pour cette lettre pas trop joyeuse ; mais si je ne parle de ça avec vous, chers amis, à qui je peux en parler? ...

Dans la prochaine lettre, promis, je vais vous raconter tout ce que nous faisons de beau ... et il y a beaucoup de choses !!!!!

Je vous embrasse très fort. Manina







Nosy Be, Avril 2014

Chers amis,

Vous avez déjà reçu ma lettre concernant mes 10 premiers jours à Nosy Be! Voilà maintenant la mise à jour pour les derniers 20 jours du mois d’Avril!

ÉDUCATION

Nous avons donné les bulletins du deuxième trimestre aux écoles primaires et aux écoles secondaires.
Profitant des vacances de Pâques, nous avons réhabilité plusieurs salles de classes dont les toits avaient été presque détruits par les cyclones et les fortes pluies.
A Ampassindava nous avons terminé la construction du lycée général (BAC), qui ouvrira ses portes aux élèves en Octobre prochain. Nous avons déjà reçu toutes les autorisations, je suis donc très heureuse de cette idée que j'avais eue avant de partir pour l'Italie de plus qu’à mon arrivée j’ai trouvé les travaux déjà bien avancés et ce mois-ci nous avons pu les terminer (en fonçant un peu sur l’accélérateur !) 
Le jour de Pâques, à midi, nous avons organisé un grand repas avec les paraplégiques, les personnes âgées, le personnel qui travaille avec nous et quelques professeurs…, nous étions 24 !

PRISON

Enfin j'ai réussi à terminer l’autre grande salle à la prison, nous y avons installé même la lumière et une petite toilette avec un robinet d'eau et avons acheté de nouvelles nattes; ainsi 70 détenus ont pu s’y transférer. Comme la cour, où se retrouvent les détenus quand ils sortent des salles, en temps de pluies se remplit de boue, j'ai apporté beaucoup de sacs de ciment afin de créer un espace « propre » tout le long du périmètre extérieur des cellules. Ainsi maintenant les détenus peuvent s’asseoir par terre même quand ils mangent, comme ils le font toujours, mais au moins ils seront au propre! Tout le monde est content, aussi le directeur et l'infirmier de la prison! Et, bien sûr, la plus contente c’est moi ! Les cours d’alphabétisations continuent et les détenus qui y participent sont 45.

SANTÉ 

Comme chaque mois, nous sommes allés à distribuer le riz aussi dans le village de Andranobe, ainsi j'ai pu voir le nouveau dispensaire, que nous avions terminé de construire l’année dernière, en pleine activité.
Même à Ampassindava, le dispensaire que nous avons déplacé dans le container marche à plein rythme: on visite 60 personnes par jour.

Paolo, le jeune infirmier italien qui est arrivé ici avec moi, travaille avec notre infirmière, comme je vous avais déjà écrit. Après quelques réticences initiales ils travaillent bien ensemble et Paolo a apporté une grande aide surtout pour ce qui concerne l'ordre et de l'hygiène, qu’ici manquent un peu (beaucoup)!

TOURISME SOLIDAIRE

Ce premier mois, nous avons eu beaucoup de succès avec le tourisme solidaire! Clients Italiens et même Français, tous très heureux pour l'organisation et pour la propreté de nos bungalow et l'emplacement idéal …. En bref, avant leur départ, nous avons reçu beaucoup de compliments .... "vraiment sincères " ! Cela m’a fait grand plaisir parce que je pense que cette activité peut bien représenter «futur» pour «eux, les malgaches" , une véritable source de revenu, la seule, je dirais, source de revenu! Je vous envoie des photos de notre " Soirée malgache " , avec buffet et musique ! Un grand succès !
Je vous attends ici !

A bientôt ! 
Je vous embrasse. Manina


Nosy Be, Novembre 2013
CHERS AMIS

Le moment de mon retour en Italie est arrivé!
Un grand plaisir de revoir ma Famille, mes enfants, mes petits-enfants et vous tous mes amis mais en même temps .... (il faut me comprendre) une grande douleur de quitter ma "Grande Famille malgache": les enfants, les vieux, les indigents, les paraplégiques, les détenus, tous ceux auxquels je donne un peu d’aide tous les jours et qui sans moi se sentent perdus. 
Quelle tristesse quand ils viennent me voir pour me dire bonjour, sans parler, ils me regardent et à travers leurs yeux me disent "que fais-tu, tu vas nous quitter? est il sûr que tu vas revenir?" Et moi, comme chaque année, je les rassure: "vous devez désormais connaître que je vais en Italie pour vous, afin de continuer à avoir les moyens pour vous aider. Je ne vous abandonne pas, je suis toujours retournée, il ne faut pas s’inquiéter de plus que, et vous le savez, Ismael reste toujours ici avec vous! " 
Ils repartent, sur leurs visages une expression de résignation que, à chaque fois, me serre la gorge! Cette année, depuis une semaine Ismaël continue à me dire: "tu viens d’arriver et déjà tu parts?" Je lui réponds que je suis à Nosy Be depuis huit mois que je suis étonnée de son comportement du moment que maintenant il est un adulte (il y a quelques jours nous avons fêté ses 23 ans!), mais il continue à tourner autour de moi et il faut que je lui rappelle que beaucoup de travail nous attend. Comme le dit mon nom, cette dernière semaine a été vraiment la semaine de la "nostalgie"

Vendredi, 22 Novembre
Les 30 ordinateurs offerts par le Rotary Club de Sassari et achetés ici à Nosy Be ont été livrés au Lycée Techniques! La salle d’informatique enfin complète est vraiment belle! Dommage que je dois partir et que je ne pourrais pas voir l'émerveillement et la joie des élèves, quand ils verront la salle parfaitement équipée! Un grand MERCI au Rotary Club Sassari!

Samedi, 23 Novembre
Pour dire au revoir un peu à tout le monde dans la joie, dans la matinée, à l'école de Ampassindava, nous avons fait le Zoro (sacrifice du zébu) avec la participation de nombreux professeurs de nos écoles, venant même des autres villages, d’une centaine élèves de cinquième année, quelques parents et les amis du tourisme solidaire .
Nous avons ainsi inauguré:
1) L'ambulance qui peut enfin se déplacer librement, avec sa nouvelle plaque et son assurance malgaches, et qui sera gratuitement à disposition de tous ceux qui en auront besoin.

2) Le nouveau dispensaire, qui a été déplacé dans le conteneur.
3) La maison de l'infirmière,
nous avons réaménagé l'ancien dispensaire pour en faire son domicile. Cela parce que je souhaitais que même à Ampassindava , comme dans les deux autres dispensaires, on puisse compter sur une salle d'urgence toujours ouverte, même le samedi et le dimanche. Il ne faut pas oublier que dans nos dispensaires on fait des visites médicales, des pansements, des sutures, des perfusions et même les accouchements. Pour tous nos infirmiers, nous avons donc construit la maison à côté du dispensaire pour qu’ils puissent être toujours disponibles en cas d'urgence! (une bonne idée, n'est-ce pas ?) de plus ils sont bien heureux d'avoir maison, eau et électricité gratuites! 

Dimanche, 23 Novembre
Dans la matinée, je suis allée dire au revoir aux détenus de la prison d’Helle Ville. J'ai constaté que pour terminer la construction de la nouvelle salle il y a encore beaucoup de travail à faire et, tout au hasard, pour parler avec les gardiens de prison, je me suis arrêtée juste en face de leur salle, qui se trouve dans la même cour. Leur salle est énorme, presque comme celle où actuellement dorment les détenus, et les gardiens n’en occupent qu’une petite partie. Je leur demande d'entrer: il y a seulement trois lits et tout le reste est vide et il manque une petite partie de toiture. D’un coup j’ai une nouvelle idée: commençons à reconstruire celle ci qui est bien plus facile de remettre en état! Je demande alors aux gardiens qu’en pensent-ils et ils me répondent qu'il n'y a pas de problème. Le directeur me dit la même chose et il paraît très content, je lui propose alors de commencer à y transférer une partie des détenus et quand l'autre salle sera terminée elle pourra être utilisée pour accueillir les mineurs. L'idée semble plaire à tout le monde! Vous ne pouvez pas imaginer quelle joie pour moi!

Dans l'après-midi, j'ai dit au revoir à mes vieux et les paraplégiques, avec un peu de musique qui a été joué dans le tourisme solidaire! Ils ont chanté et dansé avec tant de joie. Seulement au moment de se quitter quelqu'un avait les larmes aux yeux et ce la a été très émouvant pour moi.


Lundi, le dernier jour, accompagné d'un couple de touristes j’ai été dire au revoir aux 1400 enfants de l’école de Ampassindava et aux 1200 élèves de celle de Ambondrona, où il y a aussi l’école Superieure. Ensuite, j'ai fait la dernière inspection au Lycée Technique de Dzamanzara.
 

Mardi matin, j'ai pris l'avion pour l'Italie. Ciao Nosy Be!
Chers amis, le prochain mois c’est le mois Décembre. Je vous suggère de lire les poésies que j'avais écrit il y a quelques années et qui sont toujours d'actualité. 
N'oubliez pas les petits enfants malgaches!

Regardez les "événements" dans mon site www.bambinidimanina.net et vous saurez où je serai!
Je vous embrasse très fort et merci pour votre aide continuelle, 
je vous souhaite un "Joyeux Noël et une Bonne Nouvelle Année" 

Manina